La participation

Vous trouverez les PDF de chacun des articles de cette revue au fil du sommaire ainsi que le PDF de la revue complète ici

Et voici ici l’édito de cette revue, suivi du sommaire. Bonne lecture !

l’Edito

Faire les courses, c’est participer au couple ? Garder les enfants du voisin, c’est participer à la vie de quartier ? Brûler des voitures, c’est participer à la société ? Prendre ses bénéfices, c’est participer à l’entreprise ? Couper la parole à quelqu’un, c’est participer à un débat ? Et ne rien dire de toute la réunion, est-ce encore y participer ?

L’idéologie de la participation est tellement chargée positivement qu’un professionnel qui s’opposerait à sa mise en place aurait sans doute bien du mal à se justifier.

Il semble que la réticence du peuple à participer à ce qu’on lui demande n’a d’égal que l’impératif de participation dans les politiques publiques. Les métiers qui gravitent autour du concept de participation pourraient bien devenir « en tension ». De fait, c’est déjà tendu.

Un forum ouvert pourrait être organisé simultanément dans toutes les mairies de France pour débattre d’une politique publique et une élection sans candidature à plusieurs tours pourrait avantageusement remplacer l’élection présidentielle de notre république française. Il y a des rêves et des idéaux qu’il faut garder vivants. Ces idées sont moins folles que de croire à la démocratie en 1788.

Nous croyons à la participation, mais dès lors qu’elle comporte des enjeux réels, qu’elle travaille les contradictions, qu’elle laisse la place au conflit, qu’elle s’appuie sur des méthodes adaptées, qu’elle tente de contrer les dominations…
Bref, qu’elle soit un instrument d’éducation populaire et non un simulacre de démocratie.

Le Sommaire

  • L’Aubette, une colo animée par des enfants
    Anthony présente le fonctionnement sans planning et sans tranches d’âge d’une colonie de vacances qui lui a permis d’expérimenter bon nombre d’outils utilisés maintenant par le Pavé : l’Aubette, dans une ferme en Sologne.
  • Entretien croisé Epok - Pavé
    Annaïg (coopératrice au Pavé) et Samuel (de la coopérative d’écologie populaire L’Epok) se questionnent et se répondent pour comprendre à quelle participation ils aspirent et comment ils essaient, avec leurs contraintes respectives, de la mettre en oeuvre.
  • La participation, c’est l’exercice de la démocratie
    Alexia et Sylvie remontent à la Révolution française pour retrouver les origines de la participation : ce n’est que l’exercice de la démocratie, et la participation est donc indissociable de l’action politique, du conflit d’intérêt et de la critique sociale, sans quoi on la viderait de sa substance. La participation sur injonction politique sert aujourd’hui d’alibi à la fabrique du consentement de l’opinion publique. Comment s’étonner alors du défaut de participation des citoyens ?
  • Toutes les bonnes raisons de ne pas participer
    Ce ne sont pas les excuses qui leur manquent. Manu en fait une liste longue comme le bras d’un politicien. Et si ce ne sont que des phrases entendues ou pensées mille fois, elles sont ensemble plus convaincantes qu’une thèse sur le sujet.
  • Guide à l’usage des participants
    À celles et ceux qui doivent participer, Anthony propose le guide à l’usage des participants. De la mobilisation du public à la célébration des victoires, il explicite ces notions chères au Pavé proposant une vision politique, joyeuse et offensive de la participation. Trois axes sont travaillés par les coopérateurs du Pavé depuis sa création : lutter contre les dominations sur la parole, animer les conflits et faciliter le passage à l’acte.
  • Transformons nos pratiques
    Outils, méthodes et consignes que le Pavé utilise pour que spectateurs de ses conférences gesticulées et stagiaires de ses formations participent activement à ces « temps de cerveaux disponibles pour la Révolution ».
  • P comme Participation ou P comme Perversion ?
    Nous empruntons à la revue belge CFALiens une interview de Luc Carton datant de 2007 où il décortique l’arnaque de la participation dans le champ de l’école, du travail, du commerce, du politique avant de nous donner quelques billes pour que participation ne rime plus avec perversion.
  • L’antidote à la participation
    Et pour celles et ceux qui souhaitent limiter la participation plutôt que la faciliter, c’est beaucoup plus facile. La preuve par cette compilation d’antidotes à la participation donnés par des stagiaires expérimentés et éprouvés par différentes expériences collectives.